littérature·littérature étrangère·VLEEL

Le Saut d’Aaron – Magdalena Platzova

Comment rendre compte de la vie d’une femme artiste, comment rester fidèle à sa mémoire, aux émotions qui l’ont traversée, comment saisir les élans de son âme vers l’infini de la beauté alors qu’elle a disparu depuis des dizaines d’années et que son existence s’est achevée dans le camp d’Auschwitz, figeant son destin dans le… Lire la suite Le Saut d’Aaron – Magdalena Platzova

littérature·VLEEL

Retour sur la naissance de Varions les éditions en live (VLEEL)

Qu’est-ce qui se cache sous l’acronyme VLEEL ? Il s’agit d’une initiative créée par un blogueur littéraire, Anthony Lachegar, et organisée à distance pour que les Auteurs, Éditeurs, Traducteurs, Blogueurs et divers Lecteurs puissent se rencontrer et échanger sur les parutions. Imaginée dans le difficile contexte du confinement, cette idée s’est développée de mai 2020 jusqu’à aujourd’hui et compte à son actif plus de 150 rencontres.

littérature·littérature française·VLEEL

Yan Lespoux – Presqu’îles

Les nouvelles ne restent-elles pas un genre trop peu lu parce qu’on lui préfèrerait l’ampleur d’une histoire qui s’étend sur un grand nombre de pages et constitue un voyage au long cours ?
Ce serait oublier que la grande qualité des nouvelles réussies - et c’est le cas de celles de Yan Lespoux - est de parvenir à saisir les fulgurances, l’essentiel d’une vie… parce qu’elles ont le génie de se placer au moment exact où tout bascule.

littérature·VLEEL

Michel Jean – Maikan

Canada, 1946 - Sur une « île aux odeurs de terre humide, de varech et de sel » se tient le pensionnat de Fort George, un établissement catholique réservé aux autochtones…
L’endroit pourrait être idyllique mais…
Que se passe-t-il entre les murs du Fort ?
Quel virage terrifiant et fatal la vie de certains enfants vient-elle de prendre alors qu’ils vivaient jusque là au cœur de la nature, entourés de leur famille et selon des mœurs ancestrales ?

littérature·littérature française·Mes auteurs de prédilection·VLEEL

L’Enigmaire – Pierre Cendors

Voici un exercice très difficile pour moi : évoquer dans une chronique une œuvre qui m’a échappée, un roman dont je porte pourtant l’auteur aux nues mais qui cette fois ne m’a pas donné suffisamment de clés pour que j’entre dans le monde qu’il avait créé.
A moins que ce soit moi qui ai failli à les trouver toute seule…