littérature·Mes auteurs de prédilection

L’Enigmaire – Pierre Cendors

Un roman énigme

Voici un exercice très difficile pour moi : évoquer dans une chronique une œuvre qui m’a échappée, un roman dont je porte pourtant l’auteur aux nues mais qui cette fois ne m’a pas donné suffisamment de clés pour que j’entre dans le monde qu’il avait créé.
A moins que ce soit moi qui ai failli à les trouver toute seule…

Cet auteur c’est Pierre Cendors, si vous me lisez ici vous connaissez ma fascination pour tous ses titres, romans ou poésie, vous savez – si vous me suivez depuis un an – à quel point la lecture de ses pages a été une révélation… parce qu’elle m’a fait entrer dans un imaginaire très fort, celui que les rêves tissent dans la réalité, et qu’elle est portée par une plume magnifique, d’une beauté émouvante et qui remue quelque chose de profond dans l’âme du lecteur…
Mais cette fois, les arcanes de son texte ne m’ont pas été révélées et je tente de vous dire pourquoi – même si c’est un crève cœur de mettre tant de bémols.

🌙Le propos

Ce roman s’inscrit dans un nouvel univers, celui qui envisage la vie hors terre comme la vie souterraine, celui qui trouve ses racines dans l’Antiquité pour déployer jusqu’à notre époque des ramifications étonnantes en mêlant les genres et les voix.
Il y est question du rapport au monde, depuis les rites sacrés jusqu’au transhumanisme.

🌙Comment le résumer ?

Selon Pierre Cendors lui-même venu nous présenter L’Enigmaire en live VLEEL :
« C’est l’histoire d’un homme qui surgit de la civilisation et qui se rend au milieu de nulle part, une « zone rouge », un endroit dévasté, pilonné pendant la guerre.
Cette zone est un peu le premier personnage et un pont entre les époques. »
Et en effet le roman s’établit sur trois temporalités, de l’Antiquité jusqu’à nos jours dans un lieu fascinant, Boizero, rayé de la carte pendant la 1e guerre mondiale et voué à rassembler les vestiges d’un culte chthonien, par l’entremise d’un livre : L’Enigmaire.
S’y rendent des personnages qui reviendront chacun changés par la fréquentation de ce lieu.

On retrouve le goût de l’auteur pour le mystère, cette façon de raconter une histoire en superposant les époques et les faits, ce schéma déconstruit et qui fait résonner le hasard, ces personnages reliés sans le savoir dans un schéma qui leur échappe et qui prendra sens à la fin.

🌙Pourquoi j’ai échoué

J’ai longtemps espéré me trouver au moment où tous les fils se croiseraient et où le motif tissé secrètement apparaîtrait enfin pour éclairer l’ensemble.

Je n’y suis jamais parvenu.

Si j’ai été sensible à la beauté de certaines pages, le projet m’a échappé.

Il me semble qu’il ne manque pas grand-chose pour donner plus de sens à cette histoire : du liant pour passer d’un personnage à un autre, ce petit quelque chose auquel le lecteur s’attache pour poursuivre sa lecture, un fil conducteur plus évident qui lui permette de ne pas s’égarer.

🌙Et pourtant…

la réflexion sur la nature est fascinante…

Pierre Cendors met en lumière le lien que l’homme créé avec les éléments, son besoin de renouer avec le terrestre et le vivant dans une mythologie toute personnelle.

J’ai aimé qu’il explore encore les espaces intérieurs, qu’il ne craigne pas s’embarquer vers un lieu aventureux et poétique.

Mais j’aurais voulu que cet endroit me reste accessible.

Si j’aime les lectures exigeantes et qui offrent parfois une certaine résistance, il faut que la fin apporte des solutions et que du brouillard émerge une forme de vérité qui s’impose au lecteur.

Le vaisseau de (science) fiction de Pierre Cendors a rejoint les confins de l’univers sans que je puisse le suivre.

Cette fois, après avoir tant rêvé à de belles lectures cosmiques, c’est moi qui me suis perdue dans le cosmos…

Alors si vous ne connaissez pas encore cet auteur, peut-être ne vaut-il mieux pas commencer par ce roman : il pourrait bien vous dérouter aussi. Mais qui sait ?

Je reste pour ma part une inconditionnelle de Silens Moon… sa beauté mélancolique s’est fichée dans mon cœur.

C’est par celui-là que je vous conseillerais d’entrer en Cendorie… et vous pourriez poursuivre par Minuit en mon silence qui vient d’être réédité chez Quidam.

Ne vous privez pas non plus des rencontres avec Pierre Cendors disponibles sur la chaîne YouTube de VLEEL : par deux fois cet auteur si peu présent dans les médias nous a fait l’honneur de sa présence et nous a enveloppés de toute la profondeur de son propos.

Une chance inouïe✨✨✨

Lien vers la rencontre : https://youtu.be/uuSuoboYqsA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s