classique·littérature

Les Classiques

Un peu de nous, par le prisme de la beauté

Quel est le classique qui a marqué d’une empreinte durable votre esprit ?
Celui que sans réfléchir vous citez comme une évidence ?

Passés à la postérité, encensés, décriés par des adolescents qui n’en voient pas toujours l’intérêt mais succès incontestables de librairie et référence absolue pour des générations, les classiques sont parés d’une aura un peu magique.
Hissés sur un piédestal, ils semblent avoir toujours eu cette place de choix dans le paysage littéraire : des œuvres vers lesquelles on se tourne pour garder à l’esprit un certain bon goût, pour se souvenir d’une forme exceptionnelle, d’un style qui mieux que les autres dit le monde…
S’il y a bien quelque chose qui les caractérise c’est selon moi cette capacité à transformer une histoire particulière en une réflexion universelle, à transcender les cultures, les époques et les frontières.

Mais ce qui m’intéresse aussi c’est de connaître les classiques d’autres pays, les textes qui à un moment donné se sont imposés dans une région du monde avec suffisamment de force pour s’étendre au-delà du territoire où ils avaient vu le jour.
Par exemple Shakespeare s’est imposé comme un classique parce que son œuvre est une totalité, elle embrasse l’humanité. Tout est là, le rire et le drame, le pouvoir et la passion, et la poésie.

J’ai aussi une pensée pour des textes excellents…
un jour publiés mais tombés depuis dans les tréfonds de la mémoire collective…
un jour encensés et puis totalement disparus, au point que l’on ignore aujourd’hui jusqu’au nom de leurs auteurs.
Que leur manquait-il pour passer à la postérité ? Pourquoi ne sont-ils pas devenus le titre que l’on s’arracherait sur la durée et que des millions de lycéens un jour liraient ?

Et quand on observe la si grande production de livres à notre époque, le nombre considérable de titres – dont l’intérêt de certains n’est pas toujours flagrant – on ne peut que s’interroger sur leur pérennité…
Que restera-t-il de tout cela dans quelques années ?
Et lesquels de ces titres auront assez d’éclat pour survivre à leur auteur ?

Le mystère de la postérité littéraire est grand…

Mais c’est une question passionnante parce qu’elle interroge ce qui nous relie tous.

La postérité dit qui nous sommes et ce que nous recherchons dans les textes littéraires…

Un peu de nous… par le prisme de la beauté.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s