littérature

Les sœurs de Blackwater – Alyson Hagy

Dans une Amérique dystopique, une femme possède un pouvoir particulier… celui de lire et d’écrire… C’est ce que raconte le nouveau roman d’Alyson Hagy, Les Sœurs de Blackwater.

« Quelle demeure robuste et insensée que le cœur humain »

Dans la vallée de la rivière aux Eaux Noires, vit une femme retranchée dans sa vieille ferme, tenant à distance les dangers d’un monde étrange dont les contours ont été redessinés par une guerre.

Sur ces territoires menaçants et peuplés de pilleurs, de vagabonds et de rôdeurs, dans ces champs assaillis par des Indésirables, il faut savoir tenir à distance les mercenaires et les voisins belliqueux alors qu’un gouvernement instable endigue avec peine le chaos.

Qui est cette femme ?

Sa réputation de sorcière lui permet de conserver l’aura nécessaire pour vivre seule ici alors que sa sœur a qui on prêtait des pouvoirs de guérisseuse est morte tragiquement.

C’est une femme forte, les épreuves ont endurci son âme. Elle porte le poids d’une certaine culpabilité et détient le savoir de la lecture et de l’écriture qu’elle met au service d’une bien étrange mission.

Ainsi, on vient de loin pour lui demander de poser les histoires des autres dans des lettres destinées à expier les fautes et les crimes de toute une vie :

« Il n’était ni simple, ni prudent, d’endosser les fardeaux de l’histoire personnelle d’autrui, cette litanie de péchés et d’inanités. Ces fardeaux continuaient quelques fois de peser sur elle alors qu’elle en avait soulagé ceux qui les avaient mérités. (…) Transcrire les méfaits des hommes, c’était la seule chose qu’elle savait faire. »

Mais un jour, et dès les premières pages, un certain Mr Hendricks se présente à elle avec une requête qui l’oblige à s’exposer bien davantage…

Cette dystopie est empreinte d’une beauté étrange. En mêlant des récits mythiques à des légendes familiales, en puisant aux sources des contes indiens, elle recrée un monde crépusculaire aux frontières de la réalité, à la fois reconnaissable et magique.

J’ai aimé fréquenter ces lieux dévastés, ces personnages aux pouvoirs inquiétants et très humains dans leurs tiraillements et leurs choix.

J’ai aimé cette langue brute qui s’accorde si bien à ce récit.

À lire pour un dépaysement garanti !

Chez Zulma.

2 commentaires sur “Les sœurs de Blackwater – Alyson Hagy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s