Femmes de lettres à l’honneur·littérature

Femme de lettres à l’honneur : Marguerite de Navarre, L’Heptaméron

À l’époque de la Renaissance, le lecteur croise Montaigne, Rabelais mais aussi Marguerite de Navarre, sœur de François Ier, grand-mère d’Henri IV, femme érudite et passionnée par les arts

Non seulement elle fut mécène des artistes et des gens de lettres de son époque mais elle s’adonna aussi à l’écriture comme pour échapper aux contraintes de sa royale naissance.

Pour autant, jamais il ne fut fait allusion de son temps à ce recueil…

On lui doit le genre de la nouvelle qu’elle a porté à sa perfection en enchâssant des petits récits indépendants, tantôt amusants, tantôt tragiques, dans une structure complexe qui rappelle celle du Decameron de Boccace.

Elle imagine que 10 hommes et femmes retenus dans une abbaye en raison d’une crue trouvent un passe-temps agréable dans le récit d’histoires qu’ils inventent pendant les huit jours que dure leur enfermement.

Marguerite de Navarre aurait voulu inclure une centaine de nouvelles à cet ouvrage, elle en laissera soixante-douze à la postérité.

Le texte conserve la langue du XVIe siècle et comporte un glossaire pour éclairer le sens de certains mots.

Collection des Chefs d’œuvre de femmes chez @folio_livres.

Couverture de l’illustratrice @soffronia

Un commentaire sur “Femme de lettres à l’honneur : Marguerite de Navarre, L’Heptaméron

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s