littérature

Encre sympathique – Patrick Modiano

Modiano est le funambule du passé. Son tout dernier roman Encre sympathique vient de sortir.

Que reste-t-il de nos vies une fois qu’elles sont vécues ?

Quelles traces sont signifiantes pour saisir l’identité d’un être ?

Et si l’on trouvait un agenda abandonné, les rendez-vous griffonnés à l’intérieur de ses pages pourraient-ils nous permettre de reconstituer un parcours, une amorce de l’identité ?

Ou bien ne serait-ce pas plutôt ces blancs qui les entourent, ces interstices de vie, ces absences qui nous permettent de deviner l’essence de l’existence ?

« Il y a des blancs dans une vie, et des éclipses de la mémoire. »

Encore une fois Modiano explore « ces zones où s’enchevêtrent la mémoire et l’oubli » et, sur les traces d’une certaine Noëlle Lefebvre, il mène une enquête de l’intime.

Qui est cette Noëlle ?

« Une figurante dans un film à la pellicule voilée, l’une de ces figurantes dont on ne voit même pas le visage, mais la silhouette, de dos, en arrière-plan» ?

Comment reconstituer la ligne de vie d’une personne disparue ? Dans le brouillage des témoignages contradictoires, dans les traces de ses passages dans les cafés et les appartements qu’elle a fréquentés, dans les indices, les mensonges, les oublis et les affabulations de ceux qui ont croisé sa route ?

L’encre sympathique qui semble recouvrir de son invisibilité les pages blanches de son carnet est-elle à même de révéler la profondeur de son identité ?

Au-delà de la beauté de l’insaisissable que Modiano cherche à capter inlassablement dans ses récits, une dimension poétique vient cette fois-ci se superposer à cette quête. Plus que jamais m’a-t-il semblé.

Le lecteur oscille entre réalité fantasmée, rêve éveillé et touches oniriques savamment distillées dans cette promenade étrange à travers un Paris qui disparaît.

Poésie du fragment,

Poésie du filigrane,

Poésie de l’oubli.

Cette petite musique de Modiano, celle qui traverse toute son œuvre et résonne dans l’esprit du lecteur, imprime définitivement la nostalgie de ces instants évaporés dans le grand chaos du monde.

Un grand Modiano.

Vous laisserez-vous tenter ?

Extrait :

« Peut-être, au détour d’une page, apparaîtra peu à peu ce qui a été rédigé à l’encre invisible, et les questions que je me pose depuis longtemps sur la disparition de Noëlle Lefebvre, et la raison pour laquelle je me pose ces questions, tout cela sera résolu avec la précision et la clarté des rapports de police. D’une écriture très nette et qui ressemble à la mienne, les explications seront données dans les moindres détails et les mystères éclaircis. Et, en définitive, cela me permettra peut-être de mieux me comprendre moi-même. »

Chez Gallimard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s