littérature

Portrait de Paul Auster, auteur de 4321 et Moon Palace

Qui est Paul Auster, l’auteur du roman 4321, paru en 2018 ?

Le grand écrivain américain né en 1947 vit à Brooklyn avec sa femme, la romancière Siri Hustvedt. Il est devenu une figure majeure des lettres contemporaines.

Dans une récente émission diffusée sur Arte, il évoquait ainsi sa jeunesse :

« J’ai grandi à SouthOrange, une ville en périphérie de New York, dans le New Jersey.
C’était une vie agréable pour un enfant. Quand je sortais de l’école, je retrouvais mes copains et on faisait des tas de trucs, notamment du sport. Les enfants se géraient tout seuls, on avait un vrai sentiment d’indépendance.
Puis à l’adolescence, vivre dans une petite ville devient très frustrant et étouffant. A partir de l’âge de 14 ans, je ne rêvais que d’une seule chose, partir d’ici, au plus vite. Je faisais comme Ferguson numéro quatre [dans le roman 4321] qui se met à fréquenter New York de plus en plus souvent. Je sentais que cette ville représentait mon avenir. Je voulais laisser le New Jersey derrière moi, c’est finalement ce qui s’est passé ! »

Selon Actes Sud, sa maison d’édition française, « de 1965 à 1970, il étudie les littératures française, anglaise et italienne à Columbia University où il obtient un Master of Arts ». Il séjournera ensuite à Paris, où il acquerra un niveau de français lui permettant de s’exprimer aisément dans cette langue, à l’instar de Ferguson : « Il reviendrait à New York en parlant aussi couramment qu’une Grenouille française mangeuse d’escargots. »

Son goût pour le cinéma s’affirme très tôt et c’est au 7e art qu’il consacre ses premiers articles, avant d’écrire des scénarios.

Unearth, son premier recueil de poèmes, paraît aux Etats-Unis en 1974.

Mais c’est la Trilogie new-yorkaise : Cité de Verre (1987), Revenants (1988) et La Chambre dérobée (1988) éditée en France chez Actes Sud qui le fera connaître du public et lui assurera déjà un grand succès.

Paul Auster devient un romancier reconnu : le génial Moon Palace paraît en 1990, bientôt suivi de La Musique du hasard (1991) puis d’un autre succès Léviathan qui obtient en 1993 le Prix Médicis étranger. Se succèdent ensuite Mr Vertigo (1994), Tombouctou (1999), La Nuit de l’oracle (2004), ou encore Sunset Park (2011) et bien d’autres titres proposés régulièrement par l’auteur à son fidèle lectorat.

Son œuvre est traversée par la question du hasard et des circonstances, que Paul Auster traite de façon magistrale en faisant vivre à ses personnages des destinées soumises aux aléas capricieux de l’existence et qui amènent l’homme à la connaissance de son identité profonde.

Par ailleurs, ses romans engagent une véritable réflexion autour de la littérature et du statut d’écrivain : l’auteur, tel un démiurge, donne forme et corps à des êtres de papier qu’il jette ensuite dans une vie bien souvent chaotique. Le roman devient la métaphore de la vie.

Toujours passionné de cinéma, comme en témoigne par exemple son roman Le Livre des illusions (2002), Paul Auster a aussi réalisé Smoke et Brooklyn Boogie en collaboration avec Wayne Wang en 1996. Il a écrit et réalisé le film Lulu on the bridge qui sera sélectionné à Cannes dans la catégorie “Un certain Regard ».

Son œuvre est traduite en trente-cinq langues. Il est membre de The Academy of Arts and Letters.

Vous pouvez lire ma chronique sur son roman 4321.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s